Final Fantasy X-2

Titre original Final Fantasy X-2
Support PlayStation 2, PlayStation 3, PlayStation 4
Sortie 1er janvier 1970
Genre RPG
Développeur Square Enix
Éditeur Square Enix
Multijoueur Non
Deux ans se sont écoulés depuis la cuisante défaite de Sin, ce qui a permis à Spira de retrouver sa paix d'antan. Du moins, c'est ce que pensait Yuna avant de tomber sur une sphère découverte dans les Monts Gagazet, mettant en scène un jeune homme retenu prisonnier dans une prison de Bevelle. Un jeune homme ressemblant très fortement à un certain Tidus...
C'est avec l'aide de Rikku et de sa nouvelle alliée Paine que Yuna est bien déterminée à secouer tout Spira à la recherche d'indices et de nouvelles visiosphères qui pourraient bien la mener à la vérité sur l'emprisonnement de son cher et tendre qu'elle pensait mort.
Mais la quête aux sphères est loin d'être aussi facile qu'elle puisse l'espérer car désormais sur Spira, l'ère est aux nouveautés. Trois clans ont vu le jour, entrainant avec eux la paix fragile de Spira dans un tourbillon de haine et de révolte.
D'un côté il y a les pro Yévon et de l'autre les antis et aucun d'eux n'est prêt à accepter les diverses croyances et opinions des autres, obligeant ainsi le groupe de Yuna: les Albatros à calmer les tensions politiques et se détourner de sa propre quête. Où est Tidus ? Pourquoi est-il ainsi retenu par des hommes d'églises ? C'est ce que les Albatros vont découvrir.
Une vérité terrifiante sur le point de détruire le monde. Et si Sin n'était en fait qu'un funeste prélude au sort destiné à s'abattre sur Spira ?

Yuna : Cette jeune femme est à l'origine de la Félicité qui s'est installée sur Spira depuis la disparition de Sin. Autrefois, avec ses gardiens, elle a parcouru les terres de Spira afin d'acquérir l'Ultime chimère capable de détruire Sin en échange de son sacrifice.
Ça, c'était avant. Aujourd'hui Yuna rayonne d'énergie et de bonne humeur. Elle fait partie d'un groupe de chasseur de sphère du nom d'Albatros, dirigé par Frangin, le frère de Rikku mais également son cousin. Un groupe qui rivalise d'ailleurs avec celui d'une certaine Leblanc, sans compter sur les principaux acteurs politiques qui détruisent Spira à mesure que leur querelles explosent au grand jour.
Yuna n'en a pas fini de réparer les erreurs de ses aïeux et des habitants de Spira. Elle s'est même donné un nouveau but: retrouver Tidus et rétablir la paix menacée par un certain Shuyin et son Vegnagun.

Rikku : Toujours pleine d'entrain et de joie de vivre, Rikku n'a pas changé depuis la mort de Sin. Elle tire d'ailleurs de cette énergie un moyen de faire connaître aux habitants de Spira tout ce qu'elle connait aux sujets des makinas jusqu'ici prohibées par l'église.
Ce n'est qu'après avoir découvert la mémosphère qui contenait ces étranges images de Tidus qu'elle fonda avec Frangin, Poto et Shinra, les Albatros: un groupe de chasseur de sphères auquel elle invite Yuna à se joindre. C'est ainsi qu'ils parcourent Spira à la recherche de cette « vérité » en compagnie d'une nouvelle venue: Paine.

Paine : Paine est une jeune femme sarcastique et très renfermée.
Dans le groupe, personne ne sait véritablement pourquoi elle s'est jointe aux Albatros, ni même qui elle est vraiment. Car Paine est silencieuse sur son passé et ouvre la bouche uniquement pour placer des remarques épineuses sur les cabrioles de ses compagnons de bonne fortune. On découvre très vite qu'elle est l'une des rares survivantes d'un projet caché par l'église: le Crimson Squad mais ignorons totalement ce qu'il en est avant de découvrir d'autres visiosphères de ce jour là, filmé par ses propres soins. Une blessure encore ouverte qui a besoin de réponse et de soutien.

Shuyin : Joueur de blitzball de talent, Shuyin est l'un des acteurs principaux dans la guerre qui opposait Zanarkand à Bevelle. C'est son amour passionné pour l'invokeur Lenne qui le conduisit à sa perte.
Aujourd'hui, il ne reste de son humanité qu'une haine profondément ancrée dans son esprit et une folie impulsive et meurtrière. Il est d'ailleurs à l'origine du réveil de Vegnagun, une arme terrifiante et indestructible conçue il y a mille ans, lors de cette fameuse guerre où il perdit Lenne et où le désespoir prit possession de son âme.

Lenne : Il y a mille ans, Lenne faisait partie de ces êtres particuliers qui pouvaient faire appel à d'incroyables créatures. Il y a mille ans, elle n'était qu'une machine de guerre destinée à contrer les assauts des machines ennemies de Bevelle. C'est le hasard qui l'a mise sur la route du bienveillant Shuyin. Cependant leur amour était intolérable et ne permit pas à cette guerre de prendre fin.
Elle est la folie de Shuyin, le pourquoi il se bat encore aujourd'hui. Elle se manifeste dans les rêves de Yuna pour quémander son aide pour arrêter Shuyin.

Scénario et personnages
Nous avions imaginé que la disparition de Sin entrainerait le déclin de l'église et ses préceptes Yevonnites et pourtant... Le monde de Spira ne vit certes plus dans la crainte mais ne vit pas moins en conflit avec ses semblables. Deux années se sont écoulées depuis que Yevon a quitté son entité physique non sans laisser derrière lui l'origine même de sa création. Sur Spira, trois clans ont été créés, chacun dirigé par trois "emblèmes" d'un douloureux souvenir du passé: le Crimson Squad, (anciennement bannisseur). Ce sont ces clans en question qui ont pris la place de l'église, se disputant le passé du monde. D'un côté la ligue des jeunes prônent la liberté et l'anéantissement total de la religion, de l'autre, les Néo Yevon continuent à faire bien valoir les préceptes installés il y a 1000 ans par Yevon et Yunalesca.
C'est de cette lutte puérile que Final Fantasy X-2 tire son départ. Bien sûr l'histoire est bien plus profonde que cela et derrière ses aspects bon enfant se cache une histoire plus obscure et dramatique que ce que Square-Enix a cherché à nous faire croire. Les personnages que vous avez connu par le passé sont bien loin d'avoir été oubliés, tout comme les précieux rêves qui se sont envolés il y a de cela deux ans ...
Vous l'aurez peut-être compris, ce titre est une suite de taille, qui régale les adeptes du premier épisode, lui apportant moultes réponses jusque là, seulement sous-entendues par les gardiens de l'invokeur de jadis. La guerre qui opposait les machines contre les chimères est loin de n'être plus qu'un vulgaire souvenir et vous seriez bien surpris de découvrir l'origine même de cette crise qui causa à Zanarkand sa destruction. Méfiez vous des apparences, car celles-ci se révèlent bien souvent plus trompeuses que l'on pourrait s'y attendre. Outre le fait que le jeu ne s'axe quasi que sur les trois personnages principaux de l'aventure durant les trois premiers actes, d'autres têtes viendront se joindre à la trame scénaristique pour nous mettre le doute sur bien des points. Et si le jeu est aussi décousu, c'est pour nous offrir diverses fins toutes plus enrichissantes les unes que les autres. Ce qui, comprenez le bien, n'aurait pas été possible avec un scénario direct comme Final Fantasy X.

Gameplay
Une coutume chez Square-Enix c'est de ressortir du vieux pour en faire du nouveaux. C'est ainsi que le classique revient au goût du jour avec un dynamisme incroyablement attachant. Vous avez cru retrouver le système de niv E. et son évolution sur le sphérier ? Hé bien vous vous êtes trompés !
Dans Final Fantasy X-2 les sphères ne sont ici plus qu'un moyen visuel de découvrir des faits s'étant déroulés sur Spira.
Mieux encore, les sphères ici sont un moyen technique et élaboré d'attribuer différentes capacités à vos personnages puisque le système de "job change" refait surface. Plus actuel et moderne qu'à l'époque de Final Fantasy III. Le changement de vêtisphères (c'est son nom) peut s'opérer directement depuis le menu ou en plein milieu du combat par le biais d'une palette. Cette palette est en vérité une mini plate forme qui dispose de plusieurs emplacements destinés à accueillir une vêtisphère. Ces sphères sont reliées les unes aux autres et permettent d'acquérir des bonus immédiats comme Force +5 ou encore l'obtention d'une compétence (Aqualame ou Soin par exemple) alors que d'autres bonus ne vous sont attribués qu'une fois un changement de vêtisphère réalisé durant un combat.
Mais ce n'est pas tout, ce système de job permet de développer de nouvelles compétences lui étant propre. Un peu comme le système de Final Fantasy II qui permettait à un personnage d'améliorer les caractéristiques les plus utilisées en combat. A la fin de chaque combat vous obtenez un nombre de point de compétence qui vous permettront de débloquer de plus en plus de compétences. Des vêtisphères, il est d'ailleurs possible d'en acquérir dix sept différentes dont trois propre à son personnage. Ainsi vous avez un large choix. Libre à vous de privilégier les classes magiques ou plus corps à corps. De plus, le système d'Active Time Battle est toujours présent, néanmoins amélioré. A la différence de Final Fantasy X, le temps s'écoule en permanence, ne s'interrompant que lorsqu'un personnage ou monstre exécute un certain type d'attaque ou lorsque vous changez de vêtisphère. Cela étant déterminé par le mode d'ATB que vous aurez sélectionnez dans les options. Même la vitesse est réglable.
Bref, Final Fantasy X-2 saura se plier aux moindres de vos exigences.

Musiques
Nous aurions pu nous attendre au pire à l'écoute de l'ouverture du jeu, pourtant, Final Fantasy X-2, reste dans la lignée des autres épisodes de la série avant lui bien qu'assez différent. Et cette légère distinction nous la devons à Matsueda Noriko et Eguchi Takahito à qui nous devions déjà l'original soundtrack de The Bouncer en 2000. Outre ses deux pistes chantées par Koda Kumi (Jade From Sweetbox dans notre version Européenne), le jeu s'axe sur une atmosphère plus jazzy et rock. La fantaisie qu'avait installée Uematsu Nobuo dans ses précédentes compositions est balayée par ce duo un peu particulier. A côté de cela nous retrouvons de magnifiques instrumentals dignes des plus grands titres de la saga (Tina Theme du VI ou encore Theme of Love du IV) comme Eternity ~Memory of Lightwaves~, magnifiquement reprise dans une version plus longue dans la version International du jeu.
Les musiques s'écoutent, d'autres ressortent un peu du lot, autrement, ce n'est ici qu'une question de goût. Si certains préféraient le côté plus épique des autres Final Fantasy, d'autres seront ravis de voir que les compositeurs disposent de nombreuses autres cordes à leur arc. Parce qu'il n'y a jamais que du mauvais. Les thèmes de fins sont d'ailleurs vraiment sublimes et associent parfaitement le classique du piano au jazz tant entendu aux cours de la redécouverte de Spira.

Gameplay
Final Fantasy X-2 est l'égal de son prédécesseur. Aucun gros changement majeur à remarquer. Rien. Les seules nouveautés résident dans les décors qui ont évolué depuis la fin de Final Fantasy X. Depuis, certains villages se sont métamorphosés, notamment celui de Kilika, alors que d'autres, eux, stagnent aux niveaux d'autrefois. Les cinématiques restent belles et les images de synthèses au niveau de l'opus le précédant. Nous avons droit néanmoins à de tout nouveaux lieux comme les bas fonds de Bevelle ou l'au-delà, mais outre cela, le jeu n'a pas bougé d'un poil. On ne lui en veut pas, ça reste un jeu d'une qualité inestimable à côté d'autres jeux sortis la même année. De plus un changement trop brutal n'aurait certainement pas aidé à nous évoquer l'univers du X laissé derrière lui.

Square-Enix a su prendre un grand risque qui aurait pu lui coûter toute une réputation et on peut dire qu'ils ont réussit leur coup. Outre son image commerciale et gamine, Final Fantasy X-2 s'est révélé être pour moi un jeu d'une qualité extraordinaire. Comme beaucoup d'autres joueurs, j'ai d'abord pensé que ce jeu n'était qu'un attrape couillons et je l'ai d'ailleurs pensé pendant de nombreuses années jusqu'à ma redécouverte du jeu il y a peu (septembre 2010).
Derrière ses nombreuses missions enfantines, les querelles débiles des partisans de Néo Yevon et de la Ligue des jeunes sommeillent un tas de réponses qui ne demandent qu'à être découvertes. L'univers dans lequel se déroule toute la trame est rongé par un douloureux passé, qui malgré sa délivrance à la mort de Sin n'est guérit que de l'extérieur. Dans les profondeurs même de leurs préceptes, un terrifiant secret ronge le calme de cette nouvelle félicité trop fragile.
Si le jeu s'axe sur un dénouement plutôt simplet, il n'hésite pas à nous replonger dans des illusions dramatiques d'un passé franchement pas si lointain que cela. On ne découvre pas seulement des éléments sur la naissance de Sin, mais également sur nos charmantes héroïnes et leurs amis. Ajoutons à cela un système de combat dynamique et enrichissant. De quoi passer une bonne soixantaine d'heures pour découvrir le jeu dans son intégralité, et trente de plus pour booster vos vêtisphères en master.
La via Infinito vous donnera même la chance d'affronter Zaon, l'époux de Yunalesca, en plus de vous offrir de précieux accessoires.

Il s'appelle Final Fantasy X-2 International + Last Mission et nous propose deux nouvelles vêtisphères (Omasturishi et Psychiker) ainsi que plusieurs systèmes de jeu totalement inédits. Dans cette version, vous serez amené à capturer des monstres pour les faire s'affronter dans une arène afin de gagner des coupes, ou d'en créer carrément. Mais ce n'est pas tout, le jeu vous offre la possibilité de jouer avec différents personnages, comme Leblanc, Frangin, Nooj ou même des monstres. Intéressant, non ? Et avec tout ça, vous est ajouté un nouveau donjon d'une centaine de niveaux: La tour Yadonoki. Il n'y a donc pas d'ajout de scénario dans la trame principale du jeu, juste un bonus lié à la tour Yadonoki. C'est toujours ça de pris, non ? Pour les plus courageux, une vidéo secrète est à débloquer une fois le jeu terminé ainsi que le mode Last Mission.
Mayuko, le 03.02.2011


1-up !

1-up !

Vous devez être connecté(e) pour pouvoir aimer du contenu.

Connexion Inscription Annuler
otakus aiment cet article sur Final Fantasy X-2.
Commentaires 0

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Site en version complète © 2006-2019
Retour
Retour
Retour